Pointe-à-Pitre. Mercredi 29 aout 2018. ZCL. La Présidente du Conseil départemental, Josette Borel-Lincertin, regrette le mauvais signal que constitue, ce mardi, la démission surprise du Gouvernement du ministre d’Etat en charge de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot.

Nicolas Hulot était le symbole d’un certain volontarisme écologique pour lequel le Président de la République l’avait choisi comme ministre.

Durant ses 15 mois passés au Gouvernement, Nicolas Hulot aura beaucoup tenté et il se sera beaucoup engagé sur de nombreux dossiers. Mais, en définitive, il semble s’être lassé d’apparaître davantage comme la « caution verte » de l’équipe gouvernementale.

En démissionnant, il fait le choix de redevenir le lanceur d’alerte qu’il a toujours été.

En l’écoutant parler des dérèglements climatiques et du poids des lobbies, comment ne pas penser aux sargasses ou au chlordécone ?

Aujourd’hui, c’est la réalité de l’engagement écologique et environnemental du Gouvernement qui est mis en question par cette démission. Mais, pour nous en Guadeloupe, cet engagement était déjà mis en question à travers ces dossiers du chlordécone et des sargasses qui requièrent assurément un plus grand volontarisme, quelle que soit l’identité du ministre qui aura à se saisir de ces problématiques à l’avenir.