Home>News>Guadeloupe. Alimentation en eau potable : La Région Guadeloupe s’investit fortement et sans délai pour des interventions sur les réseaux défectueux
News

Guadeloupe. Alimentation en eau potable : La Région Guadeloupe s’investit fortement et sans délai pour des interventions sur les réseaux défectueux

Basse-Terre, Capitale. Vendredi 19 Janvier 2018. CMA.  Ce vendredi 19 janvier 2018, les Conseillers régionaux réunis à l’occasion de la 1re Commission permanente de l’année ont délibéré sur plusieurs programmes relatifs aux renouvellements de réseaux d’eau potable en Grande-Terre et en Basse-Terre.

En Basse-Terre

Face à la situation de crise de l’alimentation en eau potable que connaît la Guadeloupe, la Région s’engage, au côté du Département, dans la maîtrise d’ouvrage de travaux structurants. Trois opérations ont été identifiées pour 2018 :

Petit-Bourg

1. Renouvellement partiel du feeder1 de Vernou, et connexion au feeder de Belle-Eau Cadeau Coût de l’opération : 2,35M€ => Région : 587 500€ / Etat : 1,645M€ / Office de l’eau : 117 500€

L’usine de Vernou dessert des quartiers de Petit-Bourg, Baie-Mahault et Pointe-à-Pitre, soit environ 24 000 habitants. Cet outil est donc stratégique, mais la canalisation en aval de l’usine est fortement défectueuse. La Région a donc décidé de procéder à son renouvellement sur 4,5km. Cette opération, en limitant les fuites sur les secteurs cités, permettra de mobiliser de la ressource pour d’autres territoires en difficulté.

Capesterre Belle-Eau

2. Sécurisation des réseaux de distribution d’eau potable à Capesterre-Belle-Eau Coût de l’opération : 3,45M€ => Région : 862 500€ / État : 2,415M€ / Office de l’eau : 172 500€

Ces quartiers de Fonds Cacao et Routhiers sont sujets à des coupures d’eau régulières. Ils sont alimentés par le feeder de Belle-Eau Cadeau, avec un petit réservoir de stockage fortement dégradé, ce qui est pénalisant pour le fonctionnement de cette conduite stratégique qui dessert la Grande-Terre. Les travaux visent à restructurer la distribution en eau potable dans ces secteurs en créant des réservoirs et des surpresseurs.

3. Renouvellement de réseaux d’eau potable de Gourbeyre Coût de l’opération : 2,35M€ => Région : 587 500€ / État : 1,645M€ / Office de l’eau : 117 500€

7km de réseau, à renouveler en priorité, ont été pré-identifiés entre le réservoir de Grand Camp et le pont du Galion, en incluant Vieux-Chemin, secteur fortement défectueux. L’opération vise à améliorer l’alimentation des quartiers en aval du réservoir de Grand Camp. En limitant les fuites, cette opération permettra aussi de remobiliser de l’eau pour d’autres quartiers.

Morne-à-l’Eau

. Remplacement et renforcement de la canalisation en eau potable à Richeval

La Région procédera au renouvellement et à l’aménagement d’une portion de la route nationale 6, sur le territoire de Morne-à-l’Eau, lieu-dit Richeval, dont la maîtrise d’ouvrage est confiée à Routes de Guadeloupe.

Ces travaux comprennent notamment la réhabilitation et la création de trottoirs et doivent participer de la sécurisation des usagers, dont de nombreux lycéens et collégiens. Un programme de remplacement et de renforcement de la canalisation en eau potable est inscrit sur cette même portion. Aussi, dans un souci de mutualisation des travaux et d’optimisation des coûts, et pour l’amélioration de l’alimentation en eau dans la zone, la Région a proposé d’assurer la maîtrise d’ouvrage des travaux de ces réseaux. Ceux-ci seront donc mis en œuvre simultanément avec les travaux routiers.

Baie-Mahault

. 216 500€ pour la réhabilitation des réservoirs d’eau de Budan

Rappelons également que lors de la dernière Commission permanente de l’année 2017, le 28 décembre, les conseillers régionaux avaient également délibéré en faveur de l’octroi d’une subvention de 216 500 euros à la communauté d’agglomération Cap Excellence pour la réhabilitation des réservoirs d’eau de Budan à Baie-Mahault.

Ces dossiers inscrits à l’ordre du jour avant la signature hier, du protocole entre collectivités et EPCI, témoigne encore, s’il en était besoin, du caractère effectif et opérationnel de l’intervention régionale sur cette question déterminante pour le développement de notre territoire.

 

Source: Région Guadeloupe