Chronique Tourisme du 28 Mars 2017

Cette semaine quelle destination nous proposez-vous ?

Cette semaine, j’ai choisi de vous amener à CUBA, une destination qui fait tout simplement rêver !

Cuba, en forme longue la République de Cuba, est un État insulaire des Caraïbes formé de l’île de Cuba (la plus grande île des grandes Antilles), de l’île de la Jeunesse (appelée île aux Pins jusqu’en 1976) et de quelques autres petites îles. Il est situé, au nord des Antilles, à la confluence de la mer des Caraïbes, du golfe du Mexique de l’océan Atlantique ; au sud de la côte est des États-Unis et des Bahamas ; à l’est du Mexique et à l’ouest des îles Turques et Caïques ; au nord des Îles Caïmans et de la Jamaïque.

Un vol par semaine avec la Compagnie aérienne Cubana de Aviacion

3500 km de côtes. 18 degrés en janvier, le mois le plus froid, 32 degrés en août, le mois le plus chaud.

A voir, à faire

Villes cubaines à ne pas manquer

La Havane, la capitale, intemporelle et captivanteTrinidad, ville fondée par les conquérants espagnols au début du 16e siècle et à l’exceptionnel centre historique classé au patrimoine mondial; Santa Clara, ville du Che; Santiago de Cuba, berceau de la danse cubaine; Cienfuegos, la « perle du Sud »;Camagüey, ville coloniale, réputée pour ses églises; Baracoa, la plus ancienne des villes cubaines

Musées et monuments impossibles à éviter

Les bâtiments coloniaux du 19e siècle, les forteresses, l’usine de cigares Partagas, le Capitole, le Musée du Rhum Havana Club, la Cathédrale de San Cristobal, le théâtre Tomas Terry, le Musée de la Révolution Cubaine, le Musée National des Beaux Arts, le Musée Ernest Hemingway, le Musée de la ville à La Havane, le mémorial du Che, le Musée des Arts décoratifs, le monument de la prise du train blindé à Santa Clara, la basilique Notre-Dame Del Cobre, le château de San Pedro de la Roca à Santiago de Cuba.

Cuba vert

La vallée de Vinales, région entourée de Mogotes, réputée pour ses plantations de tabac ; le Parc de Guamá, célèbre pour ses crocodiles ; la Sierra Maestra, chaîne de montagnes près de la province de Santiagole Parc National Alejandro de Humboldt dans les provinces de Holguín et Guantánamo, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco en raison de sa richesse biologique et écologique; le Parc Naturel Topes de Collantes près de Trinidad, monts et vallées dans une végétation époustouflante; le marais de la péninsule de Zapata dans la province de Matanzas, peuplé d’oiseaux, crocodiles et amphibiens.

Se baigner à Cuba

Varadero, station balnéaire la plus célèbre de Cuba; la plage d’Ancon dans la région de Trinidad; l’îlot Cayo Blanco, pour sa faune sous marine variée; Cayo Largo, entre forêts, mangroves, marécages et plages de rêve; Cayo Guillermo, réputé pour ses dunes et  ses magnifiques plages de sable blanc; Cayo Levisa, véritable petit paradis à l’abri de l’agitation et du bruit, que l’on aime pour ses plages de sable fin et ses eaux translucides; Cayo Santa Maria, entre mangroves regorgeant d’oiseaux marins et immenses plages de sable fin.

Ecouter, danser

La musique et la danse occupent une place majeure à Cuba. Laissez vous emporter par les célèbres cha-cha-cha, changüi, conga, contradanza, danzon, filin, guajira, guaracha, habanera, jazz afro-cubain, mambo, mozambique, nueva, trova, pachanga, punto, rumba mais aussi le reggaeton, une sous-culture du rap née dans les années 1990. Bien qu’elle soit omniprésente, la musique cubaine se vit cependant plutôt à huis clos. En dehors de La Havane et Trinidad, il y a peu de lieux pour sortir. Votre plus belle expérience salsa se trouvera dans un bal populaire ou le temps d’un cours collectif dans le Vedado.

Goûter

Véritable cuisine éclectique, la cuisine cubaine est née d’influences espagnoles et africaines.

On aime : le « congri », mélange de haricots et riz; le « Mojo », une base d’huile d’olive, d’ail et d’oignons, d’épices et de citron, utilisée pour faire mariner les légumes; le « fufu », bananes plantain bouillies et écrasées, rehaussées d’un bouillon de poulet; les « parilladas », assortiment de grillades; le « ropa vieja », petits morceaux de bœuf aux tomates; « médianoche » collation à base de pain aux œufs, sans oublier les langoustes et le crocodile, si vous êtes de passage à Guamá.

En dessert, on privilégie les fruits : banane, pamplemousse, ananas goyave, papaye, mangue.

Cuba est également célèbre pour ses boissons, notamment les cocktails à base de rhum : Mojito, Cuba Libre, Daiquiri. On n’oublie pas de goûter au fameux « coloda », café cubain réputé pour son goût très intense.

Cuba Libre or long island iced tea cocktail with strong drinks, cola, lime and ice in glass, cold longdrink

A faire en famille

En famille on aime se promener dans la vieille ville sur les pas d’Hemingway, observer les « anciens » jouer aux dominos à La Havane, faire connaissance avec une famille cubaine en séjournant dans une «  Casa Particular », l’équivalent cubain de nos maisons d’hôtes, flâner de rues en ruelles à la découverte des splendeurs des places et palais et se laisser envahir par la suave nostalgie qui baigne la ville à Trinidad, observer les crocodiles sur l’île de Guama, se prendre pour un pirate au Musée de la piraterie, s’amuser au festival de Santiago de Cuba, faire une balade à cheval entre les plantations dans la région des spectaculaires mogotes, s’amuser à compter les portraits du Che disséminés le long de l’île, faire une croisière en bateau, se détendre ou s’adonner à des activités nautiques sur les superbes plages des Cayos.

A faire en amoureux

En amoureux on adore dormir dans une maison coloniale à Trinidad, découvrir les mille et unes facettes de la capitale au détour de ses différents quartiers et de leurs histoires comme la Habana Vieja, quartier historique ou Miramar, le quartier chic et moderne, se balader main dans la main sur le célèbre Malecón pour admirer les vagues et le coucher de soleil, apprendre la recette du « Cuba Libre », dîner ou dormir à l’hôtel où séjourna Hemingway, vivre le jour et la nuit, apprendre à danser la salsa avec les Cubains, fumer des barreaux de chaise sans se faire regarder de travers, visiter des manufactures de cigares pour y découvrir l’art ancestral de la fabrication des incomparables Havanes, faire une halte littéraire et nostalgique dans l’un des bars mythiques de la ville sur les traces d’Hemingway, passer une soirée au Grand Théâtre Garcia Lorca, se laisser porter au gré de la musique qui semble affluer à chaque veine de la ville, respirer l’odeur particulière des feuilles de tabac frais, comparer les saveurs des rhums à La Havane, déguster un cocktail cubain sur une des plages paradisiaques de l’île, entrer dans un patio et vivre Cuba de l’intérieur, se laisser transporter dans les années 50 face aux façades décrépies de La Havane et Trinidad, confortablement installé dans une vieille voiture américaine

Les jeux d’argents et de hasard y sont interdits, mais il y existe des loteries clandestines, les bolitas (« petites boules »), un jeu qui fonctionne avec  100 boules  numérotées de 1 à 100 basées sur la signification des chiffres. En voici quelques unes : 1, caballo, le cheval, 2, mariposa, dinero , le papillon et  l’argent  (j’aime cette idée, bien cubaine, d’un argent mouvant et fragile qui volète de-ci, de-là), 10, pescado grande, le grand poisson, 25, pierra fina, casa nueva, pierre fine, nouvelle maison, 49, borracho, l’ivrogne, suivi de 50, policía, la police, et 51, soldado, le soldat. En 53, luz eléctrica, la lumière électrique 58, retrato, cuchillo, adulterio, le portrait, le couteau et l’adultère, puis 59, loco, le fou, 96, zapato, puta vieja, la chaussure, et, oui,  la vieille p…, et ainsi de suite jusqu’ au 100, qui associe bizarrement inodoro (inodore) et autom?vil (voiture).

Taux d’alphabétisation 99.8%, taux de mortalité infantile : 5‰, taux de chômage : 1,6%. Espérance de vie : 78,0 ans (77,8 ans aux Etats-Unis).

Majorité politique : 16 ans. Pourcentage de femmes au parlement : 43 % (17% aux Etats-Unis).

Cuba produit un million de litres de FitoMas, un engrais naturel utilisé dans 250 000 hectares dans 13 provinces du pays, sur 42 types de cultures.

Fidel Castro est né le 13 août 1926 à Biran, dans la province d’Oriente. Il obtient son baccalauréat en 1945 et commence des études de droits. En 1947 il fonde le parti orthodoxe pour soutenir les havanais dans leurs revendications concernant le coût de la vie. Il obtient 3 doctorats en droit. Depuis ses débuts, Fidel Castro a prononcé un nombre incalculable de discours, souvent longs de plus de 5 heures. Rien que sur l’année 1985, on estime à 2500 le nombre de discours prononcés par le líder máximo, un chiffre qui exclut toutes les allocutions de moindre importance. Il vit modestement, même selon les standards cubains, mis à part son amour des femmes et de la gastronomie. Pourtant, en 2006, le magazine américain Forbes a déclaré que sa fortune s’élevait à 900 millions de dollars américains, le plaçant dans les 10 monarques ou dictateurs les plus riches du monde. Piqué au vif, Fidel déclara qu’il démissionnerait si les Etats-Unis apportaient la preuve de ces allégations, ce qui n’a jamais été fait. Aujourd’hui sa santé décline. La première fois, le 23 juin 2001, à l’âge de 75 ans, il fait un malaise pendant un discours devant 60 000 personnes. Après d’autres incidents de ce type, en 2006, il passe « temporairement » le relais du pouvoir à son frère Raul à la suite d’une intervention chirurgicale aux intestins. Les manifestations pour fêter son 80ème anniversaire et le 50ème anniversaire de la révolution cubaine se déroulent en son absence. En février 2008, après 49 ans à la tête du pays, Fidel Castro annonce qu’il quitte le pouvoir pour des raisons de santé. L’assemblée nationale populaire confirme que son frère Raul lui succède à la présidence du Conseil d’Etat.

5 bonnes raisons de s’y rendre

1

RENCONTRER UNE BELLE AMÉRICAINE

Rencontrer une belle Américaine. Pendant la première moitié du XXe siècle, les Ford et les Chevrolet se répandirent dans les rues et sur les routes cubaines. En 1959, plus de quatre-vingt-treize pour cent des voitures qui circulaient dans l’île étaient fabriquées aux Etats-Unis… Lorsque, dans les années 60, les Lada, Volga, Skoda, Moscovitch et autres Fiat Polski débarquèrent d’URSS, les Chevrolet Bel-Air, les Mercury Turnpike Cruiser continuèrent à hanter les rêves des Cubains. Collectionneurs malgré eux, beaucoup ont réussi à conserver leur précieuse auto, à coup d’amour et de rafistolages. Pas trop le choix de toutes façons ! Peut-on imaginer aujourd’hui La Havane sans ses belles carrosseries déglinguées 50 sillonnant la ville au rythme de leurs roues usées et du craquement de leurs articulations ? On peut les admirer mais aussi en louer une, histoire de se croire, pendant quelques heures, revenu un siècle en arrière…

2

FLANER SUR LE MALECON

Flâner sur le Malecón, légendaire avenue du bord de mer où se concentrent tous les paradoxes et les insondables contradictions de La Havane, splendeur et délabrement, mélange d’iconographie révolutionnaire et d’ambiance de folie débridée. Se promener au son des moteurs, des chaînes hi-fi, des aboiements de chiens, des apostrophes des bonimenteurs et surtout des discussions enflammées. Boire un verre à l’Hôtel Nacional, joyau architectural édifié en 1930 en plein quartier du Vedado, symbole de l’histoire, de la culture et de l’identité cubaine. Jeter un œil à l’hôtel Habana libre, autre vestige de l’époque où la ville était capitale du plaisir et de l’oisiveté, rendez-vous de Winston Churchill ou de Frank Sinatra. Puis retourner à l’essentiel cubain : la rue, avec sa musique à fond et ses autobus aux cabines décorées comme des arbres de Noël…

3

APPRENDRE LA SALSA

Apprendre la salsa. La version cubaine est si simple ! I-2-3 et 4, le pas de base s’apprend en trois minutes chrono. Il n’y a plus qu’à se lancer sur la piste de danse et à se laisser guider par les mains expertes de son cavalier ou d’entraîner sa cavalière dans quelques variantes, au rythme de cette fusion d’harmonies et d’instruments d’Afrique et d’Europe. « Salsa » signifie « sauce ». Adalberto Alvarez, Albita, Grupo Batazo, Willy Chirino ont mélangé leurs portées et porté à son paroxysme cette sauce musicale. Leurs phrases rythmiques et mélodiques sont dans toutes les têtes. A Cuba, il n’y a qu’à oser pour pratiquer cette danse de la rue populaire.

4

PARTIR A LA CAMPAGNE

Partir à la campagne. Dans la région de Vinales, par exemple et dans la Sierra de los Organos qui composent sans doute les plus beaux paysages ruraux de Cuba. Entre champs de tabac et Mogotes, les paysages sont incroyables. Ces drôles de monticules, trésors de l’humanité, flottent au-dessus du sol comme des personnages préhistoriques…. A leurs pieds pousse l’un des meilleurs tabacs du monde, celui dont on fait les « puros », les havanes. La plante est cultivée par des guajiros dont certains poussent toujours la charrue derrière une paire de bœufs attelés. Dans les fabriques, les mains volent et roulent les feuilles odorantes. En tirer une bouffée c’est inhaler le pays tout entier.

5

DÉGUSTER LES PLAGES

Déguster les plages. Immenses le plus souvent et si diverses. Pas une ne ressemble à une autre ! Cuba est entourée de 900 « cayos », ces îlots où les pirates avaient l’habitude d’enterrer leurs trésors. Cayo Ensenachos, l’un des plus petits, situé sur la côte nord-ouest, possède une plage enchanteresse : une longue bande courbe, quasi déserte, de sable blanc fin comme du talc. On s’y baigne à l’aube avec les pélicans pour seuls voisins. A 120kms de La Havane, Varadero est la cité balnéaire cubaine. On y court le matin, on s’y promène paresseusement l’après midi et on y déguste un cocktail le soir sous les cocotiers en regardant le soleil plonger. Sans compter les vieux hôtels de la station balnéaire, souvenirs du mouvement moderne cubain des années 50 et furieusement tendance aujourd’hui…

Qu’elles sont les conseils pratiques si on veut se rendre à Cuba ?

Les Formalités

Passeport en cours de validité, valable pour la durée du séjour, pour les ressortissants français, belges ou suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
A partir du 15 janvier 2017, l’autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l’un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d’identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l’un des parents titulaires de l’autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d’identité du parent signataire.

Attention ! note spéciale assurance.
Les assurances couverture santé sont obligatoires pour les voyageurs à Cuba. Elles doivent être souscrites dans le pays d’origine ; un justificatif peut être exigé à l’aéroport. Si toutefois, pour une raison exceptionnelle, un voyageur n’était pas couvert, il serait contraint de souscrire une assurance à l’aéroport d’arrivée à Cuba.

À l’arrivée, les services de l’immigration prennent une photo de votre visage et vos empreintes digitales. Patientez derrière la ligne jaune tant que l’on ne vous invite pas à la franchir, cela peut durer un certain temps…

Les contrôles de douane se font au premier point d’entrée sur le territoire. Passée l’immigration, vous récupérez vos bagages sur les tapis roulants et vous rendez à la douane. En cas de continuation aérienne, vous devrez récupérer vos bagages et les apporter aux tapis-bagages qui desservent les correspondances (connecting flights). Ils seront dirigés vers votre destination finale.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pas de visa pour les ressortissants français, belges ou suisses. Une carte de tourisme est toutefois obligatoire ; valable pour un séjour d’un mois. Elle est systématiquement incluse dans nos voyages et fournie avec le carnet de voyage. Les voyageurs conserveront soigneusement ce document qui leur sera réclamé à la sortie du pays.

 

Cuba est à GMT-5 et applique l’heure d’été, il y a donc 6 heures de décalage avec la France : quand il est 12h00 à Ivry-sur-Seine, il est 6h00 à La Havane. Du fait des dates différentes de changement d’heure, le décalage peut être de 5 heures pendant quelques semaines en mars et octobre et de la Guadeloupe il n’y a aucun décalage horaire.

Argent

A Cuba, on utilise deux monnaies. Le peso cubain (CUP) est la « monnaie nationale » (MN) ; il ne concerne que les Cubains (dont le salaire est versé en CUP et qui paient avec leur loyer ou les menus achats quotidiens). Le peso convertible (CUC, divisé en 100 centavos) est utilisé par les étrangers, mais aussi les Cubains pour certaines dépenses (savon, shampoing, vêtements, électroménager…). Le CUC est la monnaie de référence (1 CUC = 25 CUP environ). Billets (marqués « pesos convertibles ») de 1, 3, 5, 10, 20, 50 et 100 CUC ; pièces, de 5, 10, 25 et 50 centavos, 1 et 5 CUC. « $ » désigne indifféremment le CUP ou le CUC, soyez attentif à ne pas payer en CUC un montant en CUP. Ni l’une ni l’autre de ces monnaies n’est exportable. Autre donnée : ni dollars US (lourdement taxés), ni carte américaine (American Express) ou émise par une banque américaine ; préférez les euros. Le change des devises se fait dans les banques et les bureaux de change officiels (pas à la sauvette dans la rue). Les chèques de voyage (libellés en euros) se changent aux guichets des banques, on peut également y retirer des espèces avec une carte bancaire internationale (Visa, MasterCard). On trouve de plus en plus de distributeurs automatiques (notamment à La Havane). Pour un retrait de 100 CUC, la commission cubaine sera de 3 dollars US et vous constaterez sur votre relevé un retrait de 103 dollars US (le CUC étant indexé sur la monnaie nord-américaine…) ; à cela s’ajouteront les frais de change de votre banque. Règlements par carte bancaire dans les établissements de standing et les zones touristiques. En cas de séjour à la campagne, emportez les espèces nécessaires. Dans tous les cas de paiement, demander un reçu. Les banques ouvrent, en général, du lundi au vendredi, de 9h00 à 15h00 (elles ferment à midi le dernier vendredi du mois). Les bureaux de change (Cadeca) sont ouverts du lundi au samedi, de 9h00 à 18h00, et parfois de 9h00 à midi, le dimanche.

Electricité

110 volts en général (mais parfois 220 dans les hôtels des chaînes internationales). Prises de type US en général : 2 fiches plates ; mais pas toujours. On emportera adaptateur et transformateur.

Horaire

Les bureaux ouvrent du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00. Journée continue, en principe. S’il y a lieu, on sera bien avisé de faire ses démarches administratives le matin. Les musées de province, par contre, ferment à l’heure du déjeuner (ils sont souvent ouverts tard le soir). Les musées ferment le lundi (idem pour les marchés de primeurs). D’ordinaire, les pharmacies ouvrent du lundi au samedi, de 8h00 à 20h00 ; lorsqu’elles sont « turno permanente » ou « pilotos », elles fonctionnent 24h/24. On notera que les pharmacies cubaines sont mal approvisionnées (emporter une trousse à pharmacie garnie). Les boutiques sont fermées lors du cambio de turno (changement de personnel), cela peut prendre de dix minutes à une heure, le temps d’un rapide inventaire. La plupart des commerces sont fermés le dimanche après-midi.

Media

Les médias sont sous la tutelle du régime et, constitutionnellement, ne peuvent s’opposer à la construction socialiste de la société. Les deux quotidiens nationaux sont Granma (organe officiel du parti communiste) et Juventud Rebelde (celui des jeunesses communistes). L’offre radio est assez variée (nombreuses stations musicales). Les autorités font leur possible pour brouiller les stations financées par les Etats-Unis et émettant à destination de Cuba. La télévision nationale a quatre chaînes (deux généralistes, une sport, une éducative) ; les chaînes régionales ont peu de temps d’antenne. Marque sans doute d’une certaine dépression sociale, les Cubains se réfugient dans le sport et les telenovelas. Dans l’ensemble, l’accès aux médias étrangers est très contrôlé.

Poste

Les bureaux de poste (ouverts du lundi au samedi, de 8h00 à 17h00 ou 18h00) ne sont pas très nombreux et pas faciles à identifier. Cependant, dans la Vieille Havane, place Francisco de Asís, une grande poste moderne est ouverte aux touristes. Notez que l’on trouve des timbres et des boîtes aux lettres dans tous les hôtels. Délai d’acheminement d’une lettre pour l’Europe : long, ça peut aller jusqu’à trois mois.

Téléphone

Pour appeler Cuba depuis la France, composer 00 + 53 + l’indicatif de la ville + le numéro de votre correspondant. Pour appeler la France depuis Cuba, composer 119 + 33 + le numéro à 9 chiffres de votre correspondant (sans le 0 initial). Lorsqu’elles sont possibles (et ce n’est pas le cas dans tous les hôtels), les communications internationales sont extrêmement chères ; la solution la plus avantageuse est sans doute d’appeler d’une cabine à carte du réseau Etecsa (Empresa de Telecomunicaciones de Cuba S.A.). Ou d’envoyer un SMS.

Internet

Etecsa a le monopole de la fourniture d’accès et a installé des Telepuntos dans tout le pays. Ces comptoirs Internet vous permettent des accès fiables (en revanche, les connexions ne sont pas rapides). Il faudra acheter une carte pour une heure de connexion, valable dans n’importe quel Telepunto. On vous demandera sans doute de présenter votre passeport (l’accès à Internet est restreint pour les Cubains). Les hôtels de standing ont, pour la plupart, leur propre cybercafé ; pour les étrangers, les tarifs sont abordables.

Couverture GSM

L’opérateur Cubacel dispose d’une quinzaine d’agences dans le pays (dont une à l’aéroport de La Havane). Il faudra payer d’avance pour utiliser ce réseau, même si vous utilisez votre propre portable. Les appels émis et reçus sont payants. Dans tous les cas, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre opérateur sur les conditions d’accès au réseau local (même un peu chère, cette solution est sûrement la meilleure).

Devise

CUC

Nos conseillères en voyages sont à votre entière disposition dans une de nos agences de voyages Riverain Tours, nous vous accompagnons pour préparer vos vacances et vivre des moments riches en émotions.

Venez nous rendre visite dans l’une de nos 4 agences RIVERAIN TOURS à Pointe-à-Pitre, Basse-Terre, Le Moule et Marie-Galante ou retrouvez-nous sur les sites www.rivtours.com et www.ZCL.TV Vous pouvez également nous contacter au 0590 91 72 10 ou par mail a l’adresse renseignement@rivtours.com.